19 Nov

Théorie de l’esprit

infographie_empathieL’utilisation du principe de théorie de l’esprit dans le cadre de l’autisme date de 1985 avec la publication de Does the autistic child have a “theory of mind” ?. La conclusion tirée des expériences est l’existence d’un déficit spécifique indépendant du niveau intellectuel. Les auteurs précisent dans l’article « nos résultats renforcent fortement l’hypothèse selon laquelle les enfants autistes considérés à l’échelle du groupe échouent à employer la théorie de l’esprit ».

Ce n’est que plus tard que cette hypothèse est affinée dans le cadre du syndrome d’Asperger et plusieurs chercheurs dont Uta Frith et son élève Simon Baron-Cohen le lient plus spécifiquement à l’attribution de fausses croyances.

Pourtant les personnes diagnostiquées avec un syndrome d’Asperger atteignent le même niveau de performance que les sujets contrôles à certains tests de la théorie de l’esprit, et cette interprétation est inversée plus tard par Tony Attwood et Carol Gray qui présentent une difficulté d’expression et une souffrance née de « la fausse croyance qu’ont les autres de les avoir compris »

« Ce n’est pas qu’ils ont nécessairement une incompréhension de ce que l’autre peut ressentir (mauvaise Théorie de l’Esprit (ToM = Theory of Mind)) mais qu’ils ne savent pas mettre en application ces informations, et/ou ne savent pas exprimer ce qu’ils ressentent.

Un Aspie pourra savoir qu’il devrait exprimer tel ou tel sentiment dans une circonstance particulière, mais ne saura pas comment l’exprimer, c’est-à-dire quelle attitude choisir. La solution proposée par Attwood est donc l’apprentissage d’attitudes types correspondant à des circonstances précises (exemple : apprendre à s’excuser en cas d’impair, se construire des phrases types, etc.)

En conséquence de cette difficulté d’expression, les Aspies souffrent aussi de l’incompréhension des autres, ou plutôt de la fausse croyance qu’ont les autres de les avoir compris. »